07/02/2017

SUR UN AIR DE...

Allons enfants de la fratrie

le temps des pleurs est arrivé

contre nous, de la vilenie

le canard nous a démasqué

le canard nous a démasqué

avez vous lu dans ses colonnes

comment il accable papa

et le pousserait à trépas

s'il n'avait pas l'âme matignone

 

aux armes les frangins,

sortez vos goupillons,

prions,prions,

qu'une imposture

n'abatte pas les Fillon.

 

Que deviendra notre carrière

quand nos ainés seront déchus

avec des juges au derrière

et nos héritages fichus

et nos héritages fichus

nous restera t-il pour survivre

le revenu universel

ou le moindre poste officiel

tel que les députés délivrent?

 

aux larmes les frangins,

préparez vos Vuittons,

volons, volons,

vers un azur

inconnu des Fillon.

 

Comment des lois si rancunières

nous demandent de justifier

une fonction parlementaire

si peu souvent rémunérée.

si peu souvent rémunérée.

Grands dieu! Par des mots déchainés

notre blason s'affligerait?

des pisse copie deviendraient

les maitres de nos destinées?

 

aux flammes les frangins,

brulez, télévisions

cachons, cachons

les forfaitures

qui ont fait les Fillon.

 

Amour sacré de la famille

et des largesses d'employeur,

Pénélope, mère chérie,

délivre nous de ces malheurs.

délivre nous de ces malheurs.

Que l'élection pour la victoire

ne compte pas sur ton accent

que ces hargneux agonisants

en avalent leurs écritoires.

 

Aux urnes les frangins,

courrez les élections

votons, votons

qu'une mandature

Blanchisse les Fillon.

 

 

Les commentaires sont fermés.