11/03/2015

LA VACHE!

 

Au salon de l'agriculture,

 

on aperçoit, dés le matin,

 

de corpulentes créatures,

 

manipulant d'épais tétins.

 

 

 

Au salon de l'agriculture,

 

chaque cravate et escarpin,

 

arboré pour la devanture,

 

finira brune de purin.

 

 

Tout en forçant leur nature,

 

des présidents et le gratin,

 

s'obligent à crotter leurs chaussures,

 

et à beugler leur baratin.

 

 

 

Au salon de l'agriculture

 

ça sent la paille et le boudin

 

l'huile de coude et la garbure

 

pour dégriser tous les urbains.

 

 

 

Bien que vêtus de leurs parures

 

les défilés de mannequins

 

se jaugent plus à la carrure

 

qu'à la brillance du satin.

 

 

 

Au salon de l'agriculture

 

sous la cuirasse des bovins

 

tressaille une musculature

 

adepte des stéroïdiens.

 

Le plus costaud a sa piqure

 

administrée chaque matin

 

en ruminant sa nourriture

 

garantie bio et sans gluten.

 

 

 

Au salon de l'agriculture,

 

les poules ont droit à un shampoing

 

et les brebis une tonsure,

 

à faire frémir un calotin.

 

 

 

Au salon de l'agriculture,

 

il y a souvent plus d'un festin,

 

où des adeptes d'Épicure

 

croisent le verbe et le vin.

 

Alors gavé de nourriture,

 

le parigot au foie chagrin,

 

quitte l'enclave de nature,

 

et s'en retourne à son turbin.

 

 

 

Commentaires

Ah les vaches!Nous étions au salon de l'agriculture de Tarbes la semaine dernière entrainés par Garance .... c'était du lourd ! J'en profite pour te dire que j'ai lu ton dernier roman d'une traite ( je reste dans le thème bovidés); trève de plaisanterie, j'ai été complètement hapée par l'histoire; ça vaut une publication! La seule chose qui m'a génée c'est la confusion dans les déclinaisons de temps avec le passé et le présent qui alternent trop rapidement mais je ne pense pas que ce détail puisse freiner un éditeur.
Bravo!!!

Écrit par : Dorothée (peri) | 12/03/2015

Les commentaires sont fermés.