09/09/2014

LA PIE ET LE SANGLIER

Ce fut un bel émoi dans la grande forêt

le jour où dame Pie annonça ses fiançailles

avec un Sanglier taciturne et discret,

qui, las, avait forcé le respect de ses ouailles.

 

On vit ce dignitaire, bien peu extraverti

interrompre un instant de se remplir la panse,

esquisser un sourire à moitié de défense

au bras de sa promise à la garden party.

 

Le peuple des forêts pouvait bien ricaner,

la Pie n'en avait cure au sommet de sa gloire,

fière de distiller ses talents oratoire,

sélectionnant sa cour au risque de peiner.

 

Une laie s'en émut auprès du solitaire,

qui ne put éviter ce souci ménager,

d'interdire à l'oiseau son flux de commentaires

sur d'éminents sujets enclins à s'enrager.

 

Mais une pénurie limita la châtaigne

et les glands trop petits tardèrent à tomber.

L'animal obéit au devoir de son règne,

délaissant notre oiseau dans son nid trop douillet

 

la rumeur explosa qu'une fraiche Colombe,

d'audace avait séduit son grognon de fiancé.

Le moral de la Pie s'approcha de la tombe,

autant que son égo fut ridiculisé.

 

Les pies sont rarement d'humeur dépressive

mais tiennent la rancune comme un noble devoir.

L'oiseau se cramponna sur son plus haut perchoir

et jacassa son flot de pensées subversives.

 

Le cochon, tout penaud, s'abstint de commentaires

et noya dans la boue son humiliation,

jurant qu'à l'avenir son choix de partenaire,

se porterait plutôt du coté des poissons.

Les commentaires sont fermés.