28/03/2014

CASSE - URNES

Déposez dans l'urne

vos petits papiers,

pour alimenter

le débat nocturne

où s'affronteront

prêts à s'étriper

d'austères valets

et de vieux barons.

 

Le verbe sournois,

prompts à s'indigner

en langue de bois

empreints de fierté,

Ils auront raison

et puis sans raisons

seront dépités

de l'absurdité

de nos décisions,

défiant la logique

et les statistiques

des meilleurs sondages

vantant leur image.

 

Tous les spécialistes

aidés des experts

brasseront de l'air

d'un ton fataliste.

On l'avait prévu

on vous l'avait dit

vous n'aviez pas cru

vous voilà marri.

 

Les vaillants costards

auront à se plaindre

du prix du caviar

d'avenir à craindre.

Les rouges cravates

leur rétorqueront

le cout des patates

sans grand horizon.

Et les tristes sires

aux chemises brunes

prédiront le pire

teinté de rancune.

 

Mais tous les élus

ou disqualifiés

viendront parader

leurs égos ventrus.

Alors citoyens,

si vous appréciez

encore ce spectacle

ne modifiez rien,

dans le réceptacle

votez vos papiers.

03/03/2014

VIT-NIL

Un jeune crocodile

parti chercher du fil,

croisa un caïman

au regard larmoyant.

Que fera tu d'un fil

mon ami crocodile?

demanda en pleurant

le pauvre caïman.

On trouve au fond du Nil

des objets inutiles

qui sans ménagement

se coincent entre les dents

hier c'était un mobile

l'autre jour une tuile

et demain en mâchant

qui sait ce qui m'attend.

Un bon rouleau de fil

dentaire bien stérile

me rendra constamment

mon sourire éclatant

je pourrai de profil

amadouer les filles

et croquer en passant

les pécheurs imprudents.

Mais à sortir du Nil

tu te mets en péril,

le braconnier t'attend

plaida le caïman.

Je ne crains ce débile

il faudrait être vil

et assez inconscient

d'en vouloir à mes dents.

Je suis assez habile

et avant qu'il ne file

je trouverai le temps

de voir ses ossements.

Ce discours inutile

et quelque peu sénile

me fait perdre mon temps

monsieur le caïman.

Il fut moins volubile

quand un coup de fusil

le tua sur le champ.

Dépecé prestement

le vaillant crocodile

finit en baise-en-ville.

Et notre caïman

pleura abondamment

des larmes inutiles.

sur les rives du Nil.