21/01/2014

VALLS QUE VAILLE

 

Une Valls à trois temps,

ça laisse encore le temps

de choisir en courant

l'angle du carrefour

et sans faire de détour

en laissant tout en plan.

Une Valls à deux temps

et ça devient urgent

et beaucoup moins glamour

au Roms des faubourgs

de prendre la clefs des champs

sans attendre un instant.

 

Au premier temps de la Valls,

nous avions oublié les quotas.

Au premier temps de la Valls

l'Élysée décrispait les débats.

 

Mais Manu qui voit la censure,

mais Manu qui censure du doigt.

Mais Manu qui voit la censure,

censura et s'en félicita.

 

Une Valls à quatre temps,

c'est plus désespérant

et vraiment étonnant

d'un petit Catalan.

Une Valls à quatre temps,

sur un ton si tranchant

ne laisse aucun recours

face à de vieux discours

venus d'un autre temps.

 

Au deuxième temps de la Valls,

de Sarko il reprit le combat.

Au deuxième temps de la Valls,

l'ennemi intérieur était là.

 

L'électeur qui voit et mesure,

l'électeur qui mesure son état.

L'électeur qui voit et mesure

de rage, s'indignait déjà.

 

Lalala... (Avec l'aide mais sans l'autorisation de Brel)

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Je me souviens de l'air et de la chanson, pas des paroles… Les tiennes s'y glissent bien

Écrit par : de boissieu | 21/01/2014

Les commentaires sont fermés.