08/07/2013

BRAQUET

 

Le regard hébété

et la bave au menton,

en collant ajusté

soudé à son guidon,

un coureur oublié

avalait du goudron

en queue du peloton

au début de l'été.

 

Passé l'animation

et les célébrités,

la route recueillait:

des peaux de saucisson,

des canettes usagées,

des noyaux de brugnons,

et du jus de mollet.

 

L'asphalte décoré

de blanches inscriptions

égrainait les prénoms

d'illustres maillottés.

 

Ça et là, un piéton

à l'haleine anisée.

lâchait des quolibets

ponctués de jurons

avant de retourner

à sa télévision

arroser l'arrivée

d'honorables champions

 

Il fallait zigzaguer,

éviter les tessons,

avec pour horizon

le cul d'un hollandais,

un peu moins fatigué

dans sa combinaison.

 

Faute à la crevaison?

un abcès mal placé?

ou bien la digestion

d'un mauvais cassoulet?

La voiture balai

sans une hésitation,

brisa les ambitions

du coureur dépité.

Et c'est dans le fourgon

qu'il dut abandonner

ses rêves de sommets

et de maillot citron.

Les commentaires sont fermés.