24/06/2013

LA BAVARDE

La langue qui s'agite dans l'âtre de sa bouche

éclabousse parfois, d'un verbe malheureux,

son auditeur surpris, mais qui ne prend la mouche,

avalant plus de mots que son ouïe ne le peux.

 

Les sujets sont nombreux mais sans grande importance,

c'est leur enchainement qui fait la prestation.

Qu'elle parle du temps ou bien de la finance,

la musique des mots est sa seule passion.

 

Il serait étonnant qu'au bout de cinq minutes

vous ne soyez déjà renseigné sur sa vie,

sa famille, son chat et puis ses maladies

et les quelques voisins aux pratiques occultes.

 

N'essayez pas l'humour, il est inefficace.

Ses yeux n'exprimeraient que l'incompréhension

changerait de sujet, ignorant votre farce

ou votre calembour sans aucune façon.

 

Vos réponse n'ont pas pour effet de réduire

la longueur du discours, le rythme du débit.

Elle y prend un appui comme pour mieux rebondir

sur le thème suivant, en guise d'alibi.

 

Vous croyez qu'il suffit d'éviter son regard

pour s'isoler du flot de sa conversation?

Ce ne sont pas vos yeux qui attisent son art,

mais tenir vos oreilles à sa disposition.

 

Le jour ou comme sourd, vous la rencontrerez,

c'est avec les trésors de l'imagination,

du langage des signes accompagnant le son,

qu'elle vous imposera toute sa logorrhée

 

Alors vous chercherez à éviter sa rue,

changerez de trottoir porterez un béret

et enfin rassuré d'échapper à son flux,

assis dans le métro vous serez nez à nez.

Commentaires

Un pur régal d'humour retenu et de belle "langue"! :-)

Écrit par : Claude Budzynski | 28/06/2013

Je suis pliée de rire !!!...Le personnage que tu décris ressemble de façon saisissante à une collègue de travail dont je tairais le nom et qui m'a "saôulée" jusqu'à la dernière seconde possible de cette année scolaire...ton poème m'a permis de la mettre à distance et d'amorcer une cure de "désintoxication" à travers un éclat de rire...C'est excellent.

Michelle

Écrit par : Meyrignac Michelle | 08/07/2013

Les commentaires sont fermés.