26/04/2013

KALASHNIKOV

 

L'acier qui forge mon canon

provient d'un coin d'Asie centrale

peuplé de robustes vestales

gardiennes des révolutions.


Plus d'une tête cabossée

a tâté un jour de ma crosse

faite de bois purgé d'aubier

pour des mains brutales et féroces.


C'est à l'épaule des combattants

que mon charme s'épanouit

en défilé de conquérants

à la gloire de leurs patries.


Mais là où je suis efficace

c'est dans la brousse ou le maquis

prés d'uniformes vert de gris

imprégnés d'opinions tenaces.


On dit que je suis sans pitié.

Simplement jamais ne m'enraye

et n'ai jamais pu refuser

d'obéir au moindre rebelle.


Je ne conçois pas de remords,

je ne tue pas, ce sont les balles

elles me parcourent sans effort

vers leur destination fatale.


J'ai remarqué que bien des hommes

apprécient de me caresser.

Je dois stimuler leurs hormones

mieux qu'une pastille bleutée.

Lorsque je crache mes projectiles

inutile de me reposer.

Ma raideur à jamais virile

ne connait pas la satiété.


Ne me croyez pas difficile,

je massacre par tous les temps

au fond des jungles ou dans les villes

aux mains de femmes ou d'enfants.

Il suffit d'un petit conflit

d'une querelle de voisinage.

Dés que l'on graisse mes rouages,

ma culasse s'épanouit.


Loin de moi les guerres mondiales

et les conflits globalisés.

Je préfère sans plus tarder

un bon petit conflit local.

Faites en sorte que le pétrole,

l'uranium ou les religions

viennent à manquer ou bien s'affolent,

soyez certains que mon canon

participe à la farandole

de Dakar jusqu'à Saigon.  

Commentaires

Joli
merci

Écrit par : patrick | 26/04/2013

Les commentaires sont fermés.