05/04/2013

ROMANCE (suite de "la fête")

La fête bat son plein,

les invités devisent.

L'un a son verre de vin,

l'autre sa gourmandise.

Une musique attise

les mouvements de reins.

Une fumée exquise

passe de mains en mains.

 

C'est l'ami d'un copain,

invité par surprise,

qui assure l'entremise

avec notre destin.

 

Ton regard est mutin,

je vous sens excessive.

Je finis un chagrin,

il faut que je séduise.

 

Un simple tour de main,

le temps de quatre bises,

je vous aurai conquise

aguiché par un sein

au bord de ta chemise.

 

De tes promesses émises

parfois en italien,

aucun n'en saura rien

ici ni à Venise.

Ce soir votre valise

sera bouclée enfin

pour le vol du matin

si le vent l'autorise.

 

Il s'est fallu d'un rien,

un jaloux qui médise,

pour qu'un mari chafouin,

déplorant ma méprise,

convoque ses témoins.

Son injonction précise

le lieux et les moyens

d'arriver à ses fins.

Et si par couardise,

au matin je m'avise

d'échapper au destin.

La balle qui m'est promise

trouvera son chemin

avant que je dégrise

et signera ma fin.  

Les commentaires sont fermés.